Duke Nukem : Forever // Le DLC « Le docteur qui m'a cloné » (PS3)

Ce DLC donne une suite inutile à Forever, allant même jusqu’à changer la fin pour mettre Duke directement en mauvaise posture. Le problème de ce Docteur, c’est qu’il est extrêmement avare en combats. La plupart du temps on avance dans des couloirs vides, on écoute des blagues, on cherche des boosters d’égo, on résout des mini énigmes, on conduit une voiture rose qui parle (« plus tard je voudrai être ingénieuse… mais bon j’adore le shopping quand même hi hi ! » citation véridique), on visite une maison close baptisée le Burning Bush (Buisson Ardent en VF, mais pour nos amis anglophones ça sonne plus comme « la Touffe en Feu ») où on est chargé par la gérante d’exterminer des rats dans la cave… Voilà, référence j’imagine aux milliards de jeux de rôle qui proposent cette quête débile.

Beaucoup de références dans ce DLC mais une proposition ludique qui fait peine à voir. Le Forever original avait ses quelques combats « relativement » mémorables, gros guillemets, notamment de boss, mais le Docteur n’a rien pour lui. Le boss final est ridicule et une fois battu, une cinématique de trois secondes affiche les crédits du DLC (ils tiennent en dix lignes) et hop, retour au menu principal. La fin la plus cheap de tous les temps.

En quelques heures c’est plié malgré la division en plus de 20 niveaux (bonjour les chargements). A moins d’être curieux et vouloir se faire sa propre opinion je ne vois pas bien l’intérêt de parcourir ce DLC.

Verdict = dispensable

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet