Gone Home (PS4)

2020

Katie, jeune femme américaine, a passé un an en Europe. Elle rentre chez sa famille à minuit, dans une maison qu'elle ne connaît pas puisque ses parents et sa sœur ont déménagé en son absence. Problème, personne n'est là pour l'accueillir. Elle trouve une clef cachée sous un pot de fleur et pénètre l'imposant manoir. Où sont passés ses proches ? Ne leur est-il pas arrivé malheur ? Qu'a-t-elle raté de leur évolution de vie pendant son année passée à l'étranger ?

Voilà l'introduction du jeu, qui pose à mon sens des enjeux remarquables de clarté et d'intensité. A partir de là c'est le joueur, en contrôlant Katie, qui va tâcher de répondre à toutes ces questions.

Bon, alors il y aurait énormément à critiquer dans le dispositif. Est-ce vraisemblable qu'une fille mette à sac la nouvelle maison de sa famille juste parce qu'elle ne peut patienter jusqu'à l'aube et voir si quelqu'un rentre ? Est-ce qu'elle n'aurait pas dû tout simplement se mettre au lit Katie, épuisée par son voyage et le jet lag ?

Sans doute, oui. Il y a plein d'éléments de ce genre qui n'ont pas été bien pensés dans Gone Home.

Et pourtant… Pourtant Gone Home est l'un des très rares jeux que j'ai fait où l'enquête à base de lecture de documents se révèle passionnante (j'ai terminé le jeu en une seule session de plusieurs heures). Très rarement dans les jeux (que je connais), les écrits qu'on ramasse et lit sont intelligibles ; ici non seulement ils le sont tous mais racontent super bien cette famille, leur emménagement, leurs conflits, leurs secrets, leurs relations, leurs hobbies, leurs métiers. Donc la recherche, l'enquête, la lecture, est ici stimulante et satisfaisante comme jamais car OUI, les éléments examinés permettent aisément (quel travail cela a-t-il dû demander aux développeurs !) d'apprendre à connaître les parents de Katie et sa sœur.

Le background c'est une chose ; mais Gone Home ne s'arrête pas là. C'est l'histoire de la sœur ado qui est mise en avant. En effet, régulièrement, en ramassant un objet clef lui appartenant, la sœur se met à parler en voix-off. Et ainsi, elle nous raconte rien moins que son histoire depuis son arrivée dans cette nouvelle maison, nouvelle ville, nouvelle école, jusqu'à sa disparition. Cette histoire m'a captivé, touché, ému. Alors non ça n'a aucun sens qu'on entende la sœur en voix-off en ramassant ses objets ; mais le récit qu'elle nous livre m'a tellement intéressé (il faut sans doute aussi saluer l'interprétation de la comédienne) que j'ai totalement oublié cette invraisemblance !

Si je devais synthétiser, je dirais que l'expérience interactive de Gone Home est une enquête, qui implique de l'exploration, de la lecture et de l'écoute. Cette enquête est satisfaisante car on comprend énormément de choses en traitant nous-mêmes les informations brutes recueillies, et elle est émouvante car le récit que nous fait la sœur en voix off au fur et à mesure que notre enquête progresse est poignant.

Évidemment le jeu a l'honneur de répondre à toutes les questions sur le vide de la maison à notre arrivée. Il y a une bonne dose de mystère qui excite notre imagination ; la famille a-t-elle été victime d'un tueur fou ? Y a-t-il des esprits, des démons dans cette maison ? Et c'est quoi ces passages secrets excellents dans la maison, véritables rêves de gamin ? Ou est-ce qu'on se fait des films, excités par les épisodes de X-Files sur lesquels on s'est passionné dans les années 90, exactement comme le père de famille (qui les enregistres sur des VHS) ?

Coup de cœur pour ce jeu, malgré tout ce qu'on peut lui reprocher en terme de conception.

Verdict = vaut le coup !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet