Treasures of the Aegean (PS5)

Développé par : UNDERCODERS

Qu'est-il advenu de la civilisation minoenne ? Dans ce récit historique mêlant action et suspense, rejoignez Marie Taylor, experte en parkour, et le chercheur de trésor James Andrew alors qu'ils mettent au jour les secrets d'un royaume oublié depuis la survenue tragique d'une boucle temporelle infinie. Dans ce monde ouvert dessiné à la main, collectez de précieuses reliques, cartographiez une île perdue et rassemblez de nouveaux indices afin d'accomplir une prophétie antique. Tentez de briser la boucle infernale en résolvant les énigmes et mystères qui ont déchaîné l'ire des dieux anciens.

Les secrets du cataclysme minoen. En 1639 av. J.-C., une puissante explosion dévasta la civilisation minoenne, faisant sombrer le berceau de son empire : l'île volcanique de Théra. L'île a refait surface, mais l'histoire semble vouée à se répéter, car une nouvelle catastrophe se prépare. Pourquoi les Minoens avaient-ils une telle longueur d'avance sur leur temps ? Le roi Minos avait-il pressenti leur chute ? Est-il possible d'empêcher une nouvelle éruption de Théra ? Il n'y a qu'une façon de le savoir !

Une île engloutie figée dans le temps. Immergée dans les profondeurs depuis plusieurs millénaires, l'île de Théra est peuplée de trésors historiques et de mystères. Découvrez une citadelle minoenne perdue, frayez-vous un chemin à travers une flotte ottomane submergée et déverrouillez les portes d'un palais souterrain, tandis que vous enquêtez sur le peuple qui a vécu ici autrefois et son tragique destin. Exploitez une faille temporelle pour enregistrer vos informations sur une carte immuable et résolvez des énigmes clés avant que le monde explose et que la boucle reparte de plus belle !

Timing, précision et résolution d'énigmes. Embarquez pour une aventure riche en action dans laquelle vous pratiquerez le parkour pour vous adapter aux différents terrains, tous plus ardus les uns que les autres. Bravez des pentes escarpées, escaladez des parois vertigineuses, surmontez des obstacles, balancez-vous à des lianes et franchissez de profonds ravins pour explorer un monde ouvert dessiné à la main. Dans chaque recoin de l'île se cache un artéfact, un indice, ou encore une partie de l'énigme que vous devrez résoudre afin de sauver le monde du désastre.

Sur l'île, vous aurez de la compagnie... L'héroïne de l'histoire, Marie Taylor, est une brillante chercheuse de trésor accompagnée de son associé, l'historien James Andrew, avec qui elle recherche des reliques antiques. Mais cette fois, ils vont découvrir qu'ils ne sont pas les seuls à vouloir lever le voile sur le mystère minoen. D'anciens rivaux refont surface pour ressusciter des fantômes du passé et compliquer encore davantage la situation.
[1]

Voilà un adorable vidéogiciel indépendant. Il est mineur, car il ne va pas très loin.

On doit explorer une île (en 2D, vue de profil) qui explose au bout de vingt minutes en pulvérisant la planète au passage. Mais au moment de l'explosion, la tablette numérique sur laquelle l'île est cartographiée au fur et à mesure de notre exploration, voyage dans le passé, et tombe entre les mains des Minoens, qui vont notamment la reproduire sur de la pierre ; cette pierre est trouvée à notre époque par des proches de l'héroïne, et on recommence alors l'exploration de l'île en gardant les informations précédemment glanées. C'est une boucle temporelle sans fin, et il faut trouver comment la briser et sauver la Terre de l'anéantissement.

Pourquoi cette boucle temporelle ? On n'aura pas de réponse satisfaisante à cette question. L'histoire est un prétexte à proposer au public un challenge d'exploration en temps limité, jusqu'à trouver comment empêcher l'explosion fatale. C'est aussi une plongée, certes un peu superficielle, dans l'histoire d'une civilisation disparue. Un peu superficielle car la réussite n'est malheureusement pas conditionnée par la lecture attentive des informations concernant l'histoire des Minoens. Les énigmes sont surtout visuelles, avec des couleurs ou des schémas, ou l'utilisation d'objets clefs, et n'exigent pas de s'intéresser à tous les textes qu'on débloque dans le carnet et sur la tablette.

Donc coté scénario et archéologie, ça ne va pas très loin. Pourtant, quelle aventure plaisante sur les quelques heures de sa durée. Les graphismes sont enchanteurs et évoquent très souvent les albums de Blake et Mortimer. L'île n'est pas générée aléatoirement, elle a été conçue et dessinée par des humains ; cela fait une grosse différente quand on sort de vidéogiciels rogue-lite ou rogue-like à génération procédurale comme Returnal. La progression tout en sauts et courses verticales contre les murs est entraînante, tout comme la compréhension petit à petit des interactions possibles sur l'île, jusqu'à la découverte de la solution à mettre en œuvre pour sauver la Terre. La musique participe de cette ambiance aventureuse et bon enfant. Il n'y a pas de combat ; des ennemis humains sont présents, peu nombreux, et il convient simplement de les éviter. La carte, qu'on dévoile progressivement en explorant, paraît gigantesque au début et très intimidante !

Autre chose que j'ai apprécié, c'est qu'entre les cycles d'exploration on est gratifié de cinématiques et de séquences flash-back expliquant le passé des différents personnages. Cela renforce l'histoire et apporte une variété bienvenue. Au bout de quelques cycles on « épuise » le stock de cinématiques et alors on n'en a plus, mais ce n'est pas grave ; les premières heures sont clairement enrichies narrativement par ces séquences. Même si on fait n'importe quoi sur l'île, qu'on a le sentiment de galérer et de n'arriver à rien dans le laps de temps de vingt minutes, on a quand même l'impression d'avancer dans l'histoire grâce à ces intermèdes.

Je n'ai noté aucun bug et pourtant j'ai pratiqué Treasures of the Aegean moins d'une semaine après son lancement. Je l'ai terminé en deux jours en y passant beaucoup de temps le second jour. Une bizarrerie : la manette PS5, la Dual Sense, n'a pas vibré une seule fois. C'est dommage (peu d'immersion par le sens du toucher en conséquence), mais je ne sais pas si c'est volontaire ou un problème technique. J'ai demandé aux développeurs ce qu'il en est mais n'ai pas encore de réponse à cette heure[2].

J'ai réussi à trouver par moi-même 108 trésors sur 110. Ces trésors sont optionnels mais j'ai lu sur un forum qu'ils augmentent un peu le temps alloué à l'exploration de l'île à chaque cycle, avant l'explosion. J'ai trouvé l'emplacement des deux derniers sur le forum Steam. Dommage que l'on n'ait pas un forum similaire pour la Playstation.

La traduction française, je n'ai pu me résoudre à m'y fier (plus d'explications dans la galerie d'images), donc je suis passé en version espagnole ; les développeurs sont de Barcelone, ils parlent sans doute Catalan, mais il m'a semble que les versions espagnole (Castellano) et catalane étaient très proches, donc je pense que je n'étais pas loin de la version originale.

En consultant les trophées, j'ai réalisé que je suis la première personne à avoir terminé Treasures of the Aegean sur PS5 (en tout cas, parmi les utilisateurs ayant leur console connectée à internet). J'ai trouvé ça dingue et triste pour les développeurs. Le vidéogiciel est sorti vendredi 12 novembre et le mardi 16 j'étais le premier à l'avoir fini, sans forcer... Mais personne ne l'a acheté sur PS5 ou bien ? J'espère que les développeurs ne comptent pas trop sur les ventes à la sortie sinon ils seront super déçus. Quand à côté je vois toutes les réactions négatives sur le portage de la trilogie GTA, je me dis que tous ces gens qui ont acheté ce portage bâclé auraient mieux fait de donner leur chance à ce projet indépendant tellement rafraîchissant et agréable à parcourir.

J'ai vraiment aimé Treasures of the Aegean. Son challenge d'exploration et de parkour, ses énigmes, son histoire bon enfant, ses graphismes magnifiques, son île gigantesque, son ambiance ensoleillée, sa musique tranquille et entraînante. Et puis la façon dont il respecte le temps de son public. J'aime les vidéogiciels qui ne s'éternisent pas, concis. Et j'aime déterrer des vieilles pierres et mettre au jour les secrets d'une civilisation disparue. Alors certes, Aegean ne va pas si loin que ça. Son scénario est très limité, avec aucun drame humain et une histoire de science-fiction bâclée. Son challenge n'est pas mémorable, aussi plaisant soit-il. Mais il m'a fait passer un très bon moment, particulièrement captivant et enchanteur.

Verdict = vaut le coup !

 

Note(s)

  1. ^ Présentation officielle sur le Playstation Store : lien
  2. ^ Sur le forum Steam : lien

 

Galerie d'images

Treasures of the Aegean_20211115143541.jpg, nov. 2021
Les cinématiques sont des images fixes plus ou moins animées, dans un style bédé européenne.
Treasures of the Aegean_20211115143735.jpg, nov. 2021
La version française ne sait pas afficher le caractère « œ »... Quelqu'un a-t-il testé la localisation ?
Treasures of the Aegean_20211115223045.jpg, nov. 2021
Dès la première heure, je me retrouve face à une phrase bizarre en Français. Pourquoi le type, un personnage secondaire, parle-t-il de lui même en prendre note en appuyant sur la touche triangle, alors même que ce n'est pas lui qu'on incarne ? Il n'a pas à appuyer sur triangle, c'est nous qui appuyons, dans la peau de l'héroïne...
Treasures of the Aegean_20211115144136.jpg, nov. 2021
En version espagnole, il dit « sera mejor que tomes nota de ello », ce qui veut dire « il vaudrait mieux que tu en prennes note », ce qui a beaucoup plus de sens ! Quand je vois une erreur comme ça dès le début, je perds totalement confiance en la traduction.
Treasures of the Aegean_20211115144003.jpg, nov. 2021
Quand j'ai lu cet écran, je me suis dit, mais qu'est-ce que c'est qu'une « scène de genre ». Encore une traduction à la con, à coup sûr...
Treasures of the Aegean_20211115144118.jpg, nov. 2021
En version espagnole, on parle de « escena costumbrista ». J'ai fait des recherches et il se trouve qu'en fait, « scène de genre » est une très bonne traduction de « escena costumbrista ». C'est un terme qui désigne une scène de la vie quotidienne, qui illustre les mœurs, les coutumes d'une société. Mais je n'avais tellement aucune confiance en la qualité de la traduction que plutôt que de me dire « ah tiens, je ne sais pas ce que c'est une scène de genre, j'apprends un nouveau concept », j'ai pensé que c'était une erreur de traduction. C'est le problème quand je perds confiance dans une adaptation.
Treasures of the Aegean_20211116071928.jpg, nov. 2021
Autre exemple de phrase qui m'a paru bizarre et pas très claire en Français : « j'ai ce sentiment d'avoir déjà été là depuis Santorin »... Il parle d'une sensation de déjà vu, mais je trouve la formulation bancale...
Treasures of the Aegean_20211116072021.jpg, nov. 2021
En Espagnol, on a « he tenido esta sensacion rara de que ya he estado aqui, desde que llegue a Santorini », ce que je peux traduire par « j'ai cette sensation étrange d'être déjà venu ici, depuis que je suis arrivé à Santorin ». C'est beaucoup plus clair et mieux dit en Espagnol !
Treasures of the Aegean_20211116091736.jpg, nov. 2021
Voici la tablette sur laquelle est cartographiée l'île mais aussi l'ensemble de nos découvertes archéologiques.
Treasures of the Aegean_20211116133530.jpg, nov. 2021
Comment atteindre le trésor en haut à droite ? Le saut le plus technique de toute l'aventure, qui impose d'exploiter l'élan gagné à la suite d'une roulade.
Treasures of the Aegean_20211116153843.jpg, nov. 2021
On peut zoomer sur la tablette pour consulter les notes sur chacun des éléments. Le tout dans un style bédé super harmonieux.
Treasures of the Aegean_20211116170222.jpg, nov. 2021
La carte sur la tablette permet de déposer des marqueurs (des tas de formes de marqueur sont disponibles). C'est un élément crucial pour savoir revenir à des emplacements clefs de l'île lors de futurs cycles ! Car l'île est beaucoup trop grande et labyrinthique pour faire ça de tête.
Treasures of the Aegean_20211116171014.jpg, nov. 2021
J'ai longtemps pensé qu'un trésor devait se cacher dans l'espèce de caverne visible tout en bas à gauche, mais n'ai pas trouvé comment y pénétrer...
Treasures of the Aegean_20211116171022.jpg, nov. 2021
D'ailleurs la carte affiche bien cette caverne (voyez, j'y ai mis un marqueur en forme de point d'interrogation). Pourtant, après avoir trouvé les deux derniers trésors grâce au forum Steam, il n'y a visiblemement rien à cet endroit.
Treasures of the Aegean_20211116171100.jpg, nov. 2021
Le menu principal est magnifique et évoque tellement une bédé de Blake et Mortimer ! Notez les têtes des héros en haut à gauche, et le numéro de volume en haut à droite : c'est le nombre de cycles que j'ai déjà effectués !
Treasures of the Aegean_20211116171242.jpg, nov. 2021
Les trésors sont visibles avec leur numéro seulement depuis le menu principal. C'est comme ça que j'ai pu poser ma question sur Steam : « savez-vous où se trouve le trésor n°58 ? »
Treasures of the Aegean_20211116171310.jpg, nov. 2021
Le menu des options est rachitique : la langue et l'audio, point à la ligne !
Treasures of the Aegean_20211116172243.jpg, nov. 2021
Le projet a bénéficié de subventions de la part de l'Union Européenne. Dommage par contre que la boîte de traduction ne soit pas du tout créditée.
Treasures of the Aegean_20211116172539.jpg, nov. 2021
Ici on doit poursuivre la petite étoile le plus vite possible ; l'occasion d'un challenge de parkour assez tendu.
Treasures of the Aegean_20211116172707.jpg, nov. 2021
Voilà le saut le plus dur de toute l'aventure, qu'on est en plus amené à effectuer plusieurs fois. Beaucoup de tentatives nécessaires avant de le réussir.
Treasures of the Aegean_20211116172954.jpg, nov. 2021
Des séquences flash back bienvenues, ici à Paris.
Treasures of the Aegean_20211116173132.jpg, nov. 2021
Graphiquement c'est une merveille. Je vous dis, je me croyais dans un album de Blake et Mortimer (les contours de la verdure par exemple). Même l'interface est chouette, avec ces rectangles jaunes.

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet